Dangers pour l'Homme

  •  mesures, doses absorbées et ordre de grandeurs 

- Le becquerel (Bq) est une très petite unité qui permet de mesurer l'activité d'une source radioactive. Autrement dit, c'est le nombre d'atomes qui se désintègrent et émettent un rayonnement, par unité de temps. Les multiples du becquerel sont souvent utilisés :

  • 1 MBq = 1 méga becquerel = 1 000 000 Bq
  • 1 GBq = 1 giga becquerel = 1 000 000 000 Bq

  • 1 TBq = 1 téra Becquerel = 1 000 000 000 000 Bq

Le becquerel et utilisé pour mesurer la radioactivité d'un aliment, d'un matériau ou d'un milieu. Celle-ci s'exprime alors en becquerel par kg ou en becquerel par litre (Bq.kg-1 ou Bq.L-1).

- Le gray (Gy) est l'unité qui permet de mesurer la dose de radioactivité absorbée. Cette dose correspond à l'énergie laissée à la matière lorsque des rayonnements ionisants la traversent. 1 gray équivaut à 1 Joule par kilogramme. Les multiples du gray les plus utilisés sont les suivants :

  • 1 mGy = 1 milligray = 0,001 Gy

  • 1 µGy = 1 microgray = 0,000001 Gy 

  •  1 nGy = 1 nanogray = 0,000000001 Gy

- Le sievert (Sv) est une très grande unité qui permet d'évaluer l'impact des rayonnements ionisants sur la matière vivante. Avec une dose équivalente, l'effet de la radioactivité sur les tissus vivants varie en fonction de la nature du rayonnement (alpha, bêta, gamma...), de l'organe concerné et du temps d'exposition au rayonnement. On utilise souvent les sous-multpiples du sievert :

  • 1 mSv = 1 millisievert = 0,001 Sv

  • 1 µSv = 1 microsievert = 0,000001 Sv

 Pour imager, on peut voir ces unités de mesure de la manière suivante :

lol-1.jpg

Quelques exemples de doses reçues en 1 an :

1 homme (70kg)

7000 Bq (dont ~4500 Bq dûs au potatium 40 des os, le reste est dû au carbone 14)

1 kg de café

1000 Bq

1 kg de poisson

100 Bq

1 kg de pomme de terre

150 Bq

1 litre de lait

80 Bq

1 litre d'eau de pluie

0.3 à 1 Bq

1 litre d'eau de mer

10 Bq

1 kg de sol sédimentaire

400 Bq

1 kg de sol granitique

8000 Bq

1 kg d'engrais (phosphate)

5000 Bq

1 kg de cendre de Charbon

2000 Bq

1 kg de granite

1000Bq

1 kg de minerai d'uranium

25 millions Bq

Détecteur d'incendie

30 000 Bq

Radioisotope pour les diagnostics médicaux

70 millions Bq

1 Source radioactive médicale

100 000 milliards Bq

1 kg de déchets nucléaires de haute activité (vieux de 50 ans), vitrifiés

10 000 milliards Bq

 Le corps reçoit des radiations de sources radioactives variées, qu'elles soient naturelles ou artificielles. En un an, voici les pourcentages des sources de ces radiations :

 

 *interne : alimentation, autres : nucléaire et industrie, radon : gaz rare radioactif provenant de la désintégration de l'uranium et du radium de la croûte terrestre


  • Réactions de l'Homme, risques et moyens de protection

Les rayonnements alpha, bêta et gamma sont dits ionisants, c'est-à-dire qu'ils produisent des ionisations dans la matière. C'est pour cette raison qu'ils sont dangereux pour l'homme. Ces rayonnements, ou radiations, ont des conséquences sur la santé. Celles-ci sont immédiates et se caractérisent le plus souvent par la mort des cellules ou leur modification, et par une inflammation de la peau provoquant la formation d'un érythème (rougeur) , et qui peut, si la dose augmente, évoluer vers une nécrose.

Les cellules sont modifiées  à cause de l'action chimique de la radioactivité sur l'ADN. En effet, celle-ci provoque des modifications dans la séquence des gènes de l'ADN (acide désoxyribonucléique), et change ainsi le patrimoine génétique de la cellule. En principe, la cellule répare ce changement, grâce à des systèmes de réparation. Mais ces systèmes de réparation ont des limites. Ainsi, lorsque la dose reçue est trop intense (quantité forte en peu de temps), l'ADN abimé n'est pas réparé et la cellule est modifiée. Cette modification entraine alors des problèmes au niveau de l'organisme, lorsque la cellule se multiplie. La défaillance du systèmes de réparation dépend donc de la dose reçue, mais également du type de radiation (alpha, bêta, gamma), du temps d'exposition, de la surface irradiés et sensiblité du tissus que auquel appartient la cellule touchée.

Lorsque que la modification apportée à la cellule (mutation) n'empêche pas sa survie, celle-ci se multiplie et c'est de cette façon que l'organisme est boulversé. Notamment la multiplication d'une cellule mutée peut entraîner la formation d'un 'amas' de cellules identiques à cette cellule mutée. C'est la formation d'une tumeur, qui est le signe d'un processus de cancérisation. Si la mutation a lieu dans une cellule somatique, alors les effets se manifesteront seulement chez la personne touchée. Mais si la mutation apparait dans une cellule germinale, elle sera transmise à la descendance, qui présentera également des anomalies liées aux radiations (cancer, malformation...).

 

 

Le tableau suivant peut résumer les conséquences néfastes de la radioactivité sur l'homme, à partir d'une certaine dose reçue :

Symptome observé dès

2Sv

8Sv

15Sv

Cause de ce symptome au niveau cellulaire

Diminution significative des cellules du sang circulant qui tend vers une destruction totale de ces cellules.

Destruction des cellules de l’intestin, ainsi que de la muqueuse intestinale.

Augmentation de la perméabilité capillaire provoquant une fuite des liquides dans la cellule.

Effet au niveau de l’organisme

Epuisement de l’organisme jusqu’à la mort. (si aucun traitement n’est suivi)

Troubles intestinaux très graves, risque de perforation intestinale et donc d’hémorragie interne, la survie dépend de la dose reçue et du traitement suivi).

Tremblements, convulsions, œdème cérébral, choc cardiovasculaire, coma et mort.

Mortalité

A 4,5Sv : 50% en quelques mois

95% en quelques semaines

100% en quelques jours

Caractéristiques du symptome

Normales

Seules des crampes intestinales

Impression de chaleur, confusion, désorientation

 

Ce schéma les présente également :

portttto.jpg

 

Aujourd'hui, la recherche a permis la mise en place de moyens de prévention et de protection :
Dans les services de médecine Nucléaire, seules les personnes qui subissent des examens ou des traitements sont autorisées à pénétrer dans le service.Le personnel qui les accompagne (médecins et infirmiers), est muni d'un boitier mesurant la dose de radioactivité reçue (en Sv), pour éviter que ces personnes soient trop irradiées. Toujours dans le soucis de protéger les personnes pénétrant le service (malades ou personnel), la préparation des produits radioactifs se fait dans une salle spéciale appelée "laboratoire chaud", et sous verrière ; les seringues contenant les produits sont entourées de plomb pour empêcher le passage des rayonnements. Suite aux manipulations, les déchets sont triés en fonction de leur activité (mesurée en Bq).

 

Lors de l'accident nucléaire à Fukushima (Japon), des comprimés d'iode non radioactive ont été distribués à la population afin de saturer la glande thyroïde, pour lui éviter d'absorber de l'iode radioactive (iode 131), prévenant ainsi des cancers tyroïdiens, par exemple.

 

 

 

 

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site